Cabinet Paramédical Einstein
7, rue Albert Einstein
77420 CHAMPS-SUR-MARNE
Tel. : 01.60.17.08.64

Un espace pluridisciplinaire au service de votre reprise sportive

La Lombalgie

La lombalgie, qui désigne les douleurs au bas du dos, est très courante. En effet, plus de 90% des personnes souffriront un jour ou l'autre d'un mal de dos, et cela, le plus souvent passé la vingtaine, avec l'adoption d'habitudes de vie sédentaires.

Chez la grande majorité des gens, la douleur se situe aux lombaires. Cette région du dos, constamment sollicitée, supporte une part importante du poids corporel.

Le mal de dos est un problème complexe que souvent la médecine classique à elle seule n'arrive pas à soulager. Dans bien des cas, et surtout si la douleur est chronique, une approche globale qui tient compte autant des facteurs psychologiques et émotifs que physiques est nécessaire. On peut ainsi parvenir à diminuer la douleur ou, du moins, apprendre à mieux vivre avec elle.


Facteurs de risque

  • Le manque d'entraînement physique ou le surentraînement.
  • L'embonpoint.
  • Les mauvaises postures.
  • Le port de chaussures à talons hauts.
  • Le tabagisme, car il contribue à l'ostéoporose.
  • Le stress prolongé. Des émotions refoulées ou une situation de travail insatisfaisante contribuent aux douleurs lombaires. Le stress augmente les tensions musculaires dans le dos.

Effets de la sédentarité

La sédentarité amène un double appauvrissement des schémas moteurs : en qualité et en quantité.

Appauvrissement quantitatif : moins nous avons d'activité physique, moins nous avons besoin de schémas moteurs. Même si nos schémas ne sont pas très efficaces, comme nous les utilisons peu, nous nous en satisfaisons.

Appauvrissement qualitatif : de nombreuses parties du corps (jambes et dorsaux notamment) sont peu utilisées et se raidissent. Les schémas moteurs utilisent de moins en moins de parties de corps. Les lombaires qui restent la partie de la colonne la plus mobile sont donc sur-sollicitées.

Kinésitherapie, physiothérapie et exercice

La kinésithérapie est indiquée dans la lombalgie chronique.

On entreprend un programme de physiothérapie dès que le patient peut se déplacer. Au début, les séances pourront se limiter à des mobilisations douces, à l'application de chaleur dans la région lombaire et à de la neurostimulation électrique transcutanée (TENS), une technique qui consiste à stimuler les nerfs par un léger courant électrique afin de soulager la douleur. Progressivement, le patient apprendra une série d'exercices qu'il sera appelé à répéter quotidiennement à la maison afin de réadapter et de rééduquer les muscles et les articulations de la colonne lombaire.

Les personnes atteintes de douleurs lombaires subaiguës ou chroniques qui maintiennent une activité physique (exercices d'étirements et de renforcement, marche, etc.) guérissent plus rapidement1,2. Par contre, en cas de douleur lombaire aiguë, l'exercice ne semble pas diminuer la douleur1. La marche, la natation et le cyclisme de route (avec une bicyclette bien ajustée à sa taille) sont des sports doux pour le dos.

Approches corps-esprit (mind-body)

Lorsque les douleurs sont chroniques, on doit souvent apporter des changements majeurs à son mode de vie : changement d'emploi ou de carrière, renoncement à certaines activités, apprentissage de nouvelles postures, adhésion à un programme d'exercices, etc. En outre, le lien entre les émotions et les douleurs lombaires semble de plus en plus clair aux yeux des spécialistes du dos.

Les approches corps-esprit peuvent aider à entreprendre ce virage important. Une synthèse d'études sur le contrôle de la douleur mentionne que ces approches constituent un traitement complémentaire valable pour soigner les douleurs lombaires chroniques3. En plus de diminuer l'intensité de la douleur, elles permettent de mieux contrôler le stress, d'apprendre à se détendre et à avoir une attitude plus positive3,4. La thérapie cognitivo-comportementale est une des approches les plus utilisées.

Le "blocage" du tronc par exemple aggrave la sollicitation de la charnière tronc - bassin, à savoir les lombaires.

Mieux vaut le maintien d'une tension modérée pendant un temps prolongé, qu'une tension brutale un temps court !

On a longtemps considéré que le repos strict permettait de guérir la lombalgie. Quelques jours au lit quasiment sans bouger auraient permis de faire disparaître la douleur. Or, il a été montré que rester au lit plusieurs jours prolonge la durée des symptômes.

Le repos strict est encore aujourd'hui souvent pratiqué en cas de lombalgie, ce qui aggrave la lombalgie.

Références majeures du Cabinet Paramédical Einstein

Cabinet Einstein créé et édité par Mickaël Méligne • © 2010 - Tous droits réservés